Abdoulaye Diop : “Même avec le diable, je vais dîner…”

Spread the love

“Si c’est pour l’intérêt du pays, même avec le diable, je vais dîner”, a déclaré Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali lors d’un forum qui se tient en Europe.

Par ces paroles, il voudrait faire comprendre que personne ne viendra dicter le choix du partenaire à son pays.

Tant que l’interlocuteur en face ne met pas en danger l’intérêt supérieur du pays, en diplomatie, l’on le rencontre, lui serre les mains, mange avec lui, discute avec lui, prend des photos avec lui, et maintient des relations durables et productifs avec lui.

La tête du client ne compte donc pas, c’est la qualité de la marchandise qui importe. Sur cette base, personne ne devrait reprocher à son prochain de rencontrer tel ou tel autre dirigeant étrangers.

Tant que cette rencontre n’a pas pour but de saboter l’avenir d’un peuple au profit d’un autre, elle est la bienvenue. C’est par exemple Bassirou Diomaye Faye qui rencontre Emmanuel Macron et dîne avec lui. Tout le monde connait le mal que la France a fait et continu de faire à l’Afrique.

Mais, cela doit-il empêcher des dirigeants de coopérer avec ce pays sur un pied d’égalité, au même titre que l’on le fait avec la Chine, la Russie, l’Inde etc… et d’autres pays occidentaux ? Si les intérêts des peuples sont pris en compte, alors feu vert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *