Afrique : La souveraineté vaccinale ne se trouve pas à Paris …

Spread the love

Lorsqu’il est arrivé au pouvoir au Sénégal, le président Bassirou Diomaye Faye a effectué ses tout premiers déplacements sur le continent.

Il rompt ainsi avec les habitudes de ses prédécesseurs sénégalais et africains qui préféraient aller comme pour faire allégeance à l’ancienne puissance coloniale, la France.

Mais, le fait de décider d’entreprendre son premier voyage à l’extérieur du continent en France, crée une polémique depuis quelques heures.

En effet, Bassirou Diomaye Faye se rend en France sur l’invitation de Gavi, l’Alliance du vaccin et l’Union africaine, pour participer au Forum mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinale.

Voilà que l’on veut encore aller discuter des problèmes africains hors du continent. L’Afrique qui n’est pas aujourd’hui autosuffisant sur le plan vaccinal ne pouvait-elle pas abriter cette rencontre ?

Avec la guerre des firmes pharmaceutiques, Bassirou Diomaye Faye et ses amis pensent-il que ce sont ces mondialistes qui permettront à l’Afrique de devenir souveraine sur le plan vaccinale et du médicament en général ?

Pour devenir souverain sur le plan vaccinal et du médicament, l’Afrique a besoin de collaborer avec les institutions au niveau mondial.

Mais, à l’instar de la Chine, de la Russie et des pays d’Asie en générale, le continent doit prendre ses responsabilités, investir dans la recherche et la production des médicaments.

Le fait tout le temps d’aller chercher la solution ailleurs est le signe que la souveraineté que l’on clame et que l’on recherche, est une chimère.

Et puis c’est l’occasion pour Faye de diner avec Emmanuel Macron. Même si la télévision sénégalaise essaie de jouer au souverainisme, il est clair que la rupture promise n’est pas encore au rendez-vous.

Ceux-qui accusent Diomaye Faye d’être à la solde de la France finiraient par avoir raison. Les nouveaux dirigeants sénégalais ont encore la possibilité de rendre leur pays totalement souverain comme ils l’ont promis. Pour le moment, ils n’y sont pas du tout.

Ousmane Sonko et son protégé devraient faire attention et montrer pattes blanches, au risque de perdre la sympathie dont ils bénéficient sur le continent, et même au Sénégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *