Cacao : Les prix grimpent pendant que le Ghana et la Côte d’Ivoire connaissent des misères

Spread the love

Les prix du cacao ont atteint des sommets, flirtant avec les 4.200 dollars la tonne au New York Mercantile Exchange (NYMEX). Des niveaux qui n’ont plus été atteint depuis 1977. Même les pics de 2011, année où la Côte d’Ivoire avait temporairement interdit les exportations de cacao, sont dépassés.

Le phénomène El Nino a entraîné de mauvaises récoltes au Ghana et en Côte d’Ivoire, qui fournissent les deux tiers de la production mondiale. Les stocks de cacao détenus dans les ports américains sont aussi en baisse, ce qui fait craindre de possibles pénuries, selon Trading Economics.

« Les prix à terme du cacao ont dépassé 4.200 dollars la tonne, le plus haut depuis 46 ans, soutenus par de nouveaux signes de diminution des approvisionnements mondiaux et par les craintes que la production actuelle ne soit pas suffisante pour empêcher une pénurie mondiale », explique la plateforme.

La dernière saison du cacao a viré au calvaire pour les producteurs ivoiriens, qui ont vu une baisse de leur récolte de l’ordre de 20%, selon le Conseil café-cacao (CCC). Les fortes pluies ont entravé la floraison des cabosses voire le pourrissement de certaines d’entre elles. Les cabosses qui ont résisté ne sont pas de la qualité espérée à cause de l’humidité.

La rémunération des producteurs locaux par les grandes compagnies chocolatières, comme Mars ou Ferrero, continue en outre de poser problème. En novembre 2022, le Ghana et la Côte d’Ivoire avaient d’ailleurs lancé un ultimatum aux multinationales leur ordonnant de respecter le “Différentiel de revenu décent” (DRD), une prime de 400 dollars par tonne pour soutenir les producteurs locaux.

Ces derniers ont vu leur revenu chuter de 16% au Ghana depuis 2020, et même de 22% pour les femmes, selon une récente enquête de l’Oxfam.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *