Combat politique : Quand viendra le temps de la retraite pour Gilchrist Olympio ?

Spread the love

Après avoir passé plusieurs mois à l’extérieur du pays, Gilchrist Olympio, président national de l’Union des forces de changement (UFC) et chef de file de l’opposition togolaise est rentré à Lomé. Et selon ses propos, l’héritier de l’ablodé (liberté) aurait encore de la force pour poursuivre le combat politique, alors que beaucoup s’attendent à ce qu’il prenne sa retraite.

« L’Ablodé est toujours dans nos veines à l’image de ce qu’il en a été pour les combattants de l’indépendance. J’ai entendu des gens dire que je ne suis pas bien portant. Oui, je le reconnais et c’est naturel. Quand on prend de l’âge, on n’a plus la même vigueur. Mais, il me reste quand-même un peu de force pour continuer le combat », a-t-il déclaré à son arrivée à son domicile. Les Togolais sont assurément contents de constater le retour de Gilchrist Olympio à Lomé en possession de tous ses sens.

Mais, affirmer qu’il est toujours en forme pour continuer le combat n’est-il pas un peu utopique ? Gilchrist Olympio a sans doute été le plus grand opposant du régime Eyadema. En dehors de Tchikpi Atchadam qui avait failli lui ravir la vedette, aucun autre n’a encore réussi à mobiliser sur l’ensemble du territoire comme lui. Même son ancien poulain Jean Pierre Fabre, malgré sa popularité, ne l’a pas fait.

Mais, soyons francs : Gilchrist Olympio peut-il encore faire une tournée nationale, enchainer plusieurs meetings sans faire de pause ? Nous ne le dirons jamais, assez, les chefs de partis politiques doivent apprendre à quitter les choses avant que les choses ne les quittent. L’exemple de maître Yawovi Agboyibo à la tête du Comité d’action pour le renouveau (CAR) jusqu’à son dernier souffle, sans avoir assuré la succession, n’est pas du tout à copier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *