Parlement : La déclaration de Kano pour sauver la Cédéao

Spread the love

Le Parlement de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a officiellement ouvert sa première session ordinaire de l’année 2024, et première session de la sixième législature le lundi 1er juillet 2024 à Abuja la capitale du Nigeria et siège de l’institution. La présidente, la Togolaise Mémounatou Ibrahima a ouvert les travaux.

Elle n’a pas passé sous silence les crises sécuritaires, alimentaires, économiques que connait la région; surtout la crise que traverse la Cédéao et qui a abouti en début d’année 2024 à l’annonce du départ des pays de l’Alliance des États du Sahel (AES). Le Mali, le Burkina Faso et le Niger peuvent-ils revenir à la maison ?

Le Parlement de la Cédéao veut y travailler à travers la déclaration dite de Kano.  Celle-ci recommande de mettre  en place une Commission Adhoc de médiation qui sera chargée de travailler à renouer et à maintenir le fil du dialogue non seulement avec les autorités de ces différents pays mais aussi la communication entre les différentes populations.

La déclaration de Kano recommande aussi d’effectuer des visites de terrain pour comprendre et aider à aplanir les différends entre le Bénin et le Niger, deux peuples frères ; et d’encourager la Commission de la Cédéao à accélérer la mise en œuvre de la stratégie de défense commune dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Mémounatou Ibrahima assure que le bureau du Parlement a longuement débattu sur ces recommandations lors de ses deux dernières rencontres et que des actions urgentes sont en train d’être prises en collaboration avec les autres institutions de la Cédéao pour leur mise en œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *