Sahel : Un terroriste poursuivi par la Cour pénale internationale

Spread the love

Vendredi dernier, la Cour pénale internationale (CPI) a levé les scellés sur le mandat d’arrêt visant Iyad Ag Ghaly, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis à Tombouctou entre 2012-2013.

C’est en 2017 que la CPI avait émis sous scellé le mandat d’arrêt contre cet homme, présenté comme le dirigeant d’Ansar Dine, le groupe extrémiste lié à Al-Qaïda qui détenait le pouvoir dans le Nord du Mali à l’époque.

Selon l’accusation, l’islamiste serait aussi derrière l’attaque contre une base militaire qui avait tué 40 soldats maliens. Cet individu et ses soutiens locaux et étrangers sont responsables du sang versé par le peuple malien, et sahélien ces dernières années.

Si la CPI et ses ordonnateurs trouvent enfin qu’il faut poursuivre ces bandits, ces assassins au lieu de s’acharner sur des dirigeants qui rejettent la domination, l’impérialisme occidental, alors tant mieux.

Vivement que la CPI ne s’arrête pas en si bon chemin. Les bandits de ce genre sont encore nombreux au Sahel et ailleurs en Afrique. Il faut les traquer, et la CPI et ses pays ordonnateurs en ont les moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *