Situation au Kenya : Que disent Jo Biden et son club ?

Spread the love

Ces derniers mois, le président kenyan William Ruto est devenu l’ami préféré des occidents, notamment les États-Unis et leurs alliés surtout membres du G7.

Le président Ruto a été invité dans les rencontres au niveau international, et Jo Biden a fait comprendre que le Kenya était le principal allié de son pays après l’Otan.

Il a d’ailleurs, à la manière du maître blanc qui offre une faveur à son esclave noir, permis à William Ruto de s’asseoir pendant quelques minutes dans son fauteuil dans le bureau ovale.

Cette image a suscité la colère d’Africains qui sont fières de leurs identités, et qui n’ont pas encore fini de digérer la douleur et l’humiliation de la traite négrière et de l’esclavage. Mais, William Ruto, tout sourire, se voyait au paradis.

C’est malheureux pour l’Afrique et le Kenya, parce que pendant que l’on déroulait le tapis rouge à Ruto et que l’on lui ouvrait grandement les portes des institutions financières internationales, la situation économique se dégradait.

Visiblement, l’endettement est responsable de la décision visant à augmenter les impôts. Alors que tout le monde connait l’histoire de ces institutions, qui a envoyé William Ruto vers cet endettement ?

D’ailleurs, il n’y a pas longtemps, lors d’un forum économique au Rwanda, lui-même demandait une réforme de l’architecture financière internationale.

Cela veut dire qu’il est conscient du danger de s’y fier. Alors, pourquoi s’est-il laissé berné par les sourires de ses amis occidents ? Ces gens là n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts.

Ils s’en foutent de la stabilité ou non du Kenya. Voilà que face à la situation complexe qu’il vit, ils sont tous silencieux en train de s’occuper de leur affaires.

Cela apprendra à des dirigeants africains comme William Ruto à accepter de se faire dorloter par ces puissances qui n’ont aucune moralité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *