Trafic de drogues : L’Afrique reste une zone majeur de transit

Spread the love

Selon un nouveau rapport mondial sur la drogue réalisé par les Nations unies, le continent  africain reste une zone majeure de transit du trafic. 120 tonnes de cocaïnes sont saisies en Afrique depuis 2019, majoritairement dans le golfe de Guinée, mais aussi au Cap-Vert et au Sénégal.

Pour Cheikh Ousmane Touré, responsable application de la loi du bureau régional, à Dakar, pour l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, cela ne fait aucun doute : le continent reste une zone importante de transit pour la drogue produite en Amérique du Sud favorisant le développement d’une activité criminelle locale.

« Il y a des preuves de laboratoire de transformation de cocaïne pour un marché local. Donc ce rapport nous pointe vers le fait que, en dehors d’être des pays de transit, progressivement, certains pays de la sous-région deviennent aussi des zones de consommations de substances », fait-il savoir.

Le rapport évoque également l’émergence de drogues mélangées, consommées localement, comme la Kush, la Khadafi et le Monkey Tail. « La difficulté, c’est que nous ne connaissons pas exactement la composition de ces concoctions, et généralement, quand on n’a pas une très bonne maîtrise de ces compositions, forcément, il y a des répercussions au niveau santé mentale, physique et comportementale des individus qui l’utilisent », indique Cheikh Ousmane Touré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *