Visa, carte de séjour : Cela fait penser à la récente attaque au couteau au grand marché de Lomé

Spread the love

Récemment, un ressortissant tchadien a assassiné un agent des forces de sécurité en le poignardant en plein cœur au couteau, et en a blessé grièvement un autre. Des compatriotes ont dû se mettre ensemble avec le deuxième agent des forces de sécurité pour le maîtriser, alors qu’il s’apprêtait à manipuler l’arme qu’il avait réussi à leur dérober. Cet événement a relancé le débat sur le statut des étrangers en République togolaise.

Entre cette agression au couteau qu’on pourrait qualifier de terrorisme et l’attaque terroriste de Kpékpakandi des 10 et 11 avril 2022, il y avait à peine un mois d’intervalle. Cela a créé une certaine psychose au sein de la population. Beaucoup n’ont pas tardé à faire un lien avec la menace terroriste. Est-ce le cas ? les autorités sécuritaires ne le disent pas. Malheureusement, l’auteur de ce forfait est mort à l’hôpital des suites des coups que les compatriotes ont dû lui porter pour le maitriser.

La justice ne pourra donc pas l’écouter afin de comprendre ses motivations. Était-ce un acte isolé, de désespoir, de vengeance ? L’auteur avait-il des problèmes psychiques ? Le saura-t-on jamais ? Quoi qu’il en soit, cela repose le débat de la police des étrangers en République togolaise. Il semble qu’il est très facile de rentrer et de circuler au Togo.

Des compatriotes témoignent que dans certains pays voisins, même membres de la Cedeao où on parle de libre circulation des personnes et des biens, l’on impose des contraintes importantes. Alors, même s’il faut rester fidèle aux principes de l’intégration régionale, face aux problèmes sécuritaires, chaque gouvernement se trouve dans l’obligation de renforcer sa législation en matière d’immigration.

Selon le professeur Akodah Ayéwouadan, ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, le Togo compte rester un pays ouvert et attractif à ceux qui veulent bien y entrer. Mais, cela ne se fera pas à n’importe quel prix. Ainsi, en Conseil des ministres lundi dernier, le gouvernement a examiné deux projets de décret dans le cadre de la réforme relative à la police des étrangers en République togolaise.

Ces deux décrets portent sur la fixation des coûts de délivrance des visas d’entrée au Togo et de la carte de séjour. Il faut rappeler qu’en avril dernier, l’Assemblée nationale avait actualisé la loi portant sur la police des étrangers 35 ans après sa première adoption. Il y a l’obligation de la digitalisation des services qui pousse à revoir la police des étrangers. Mais, la question sécuritaire est une des raisons la plus importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *